Nos experts vous répondent au 02 99 606 706

Améliorez le confort de vos vaches avec une bonne ventilation de votre bâtiment.

28 06 2023Bâtiment

L’agrandissement des troupeaux laitiers, associé à une baisse de la durée du pâturage, conduit les animaux à passer plus de temps en bâtiment.

Le climat change. Nos régions subissent des pics de chaleur de plus en plus fréquents et intenses.  Il est donc nécessaire de réfléchir au confort de la vache en bâtiment pour assurer son bien-être.

Comment s’assurer de la bonne ventilation de votre stabulation ? Tour d’horizon des différentes solutions qui s’offrent à vous ?

De l’air sans courant d’air !

Une vache est un animal capable de vivre à l’extérieur : son milieu naturel. Gardons en mémoire qu’une vache n’aura jamais trop d’air et que sa température de confort est comprise entre 0°C et 15°C.
(Source : Fagoo B., Idèle, 2020)

En bâtiment d’élevage bovin, le vent est la principale source de ventilation naturelle. La circulation de l’air est principalement horizontale et il est nécessaire de limiter la distance (entre 8 et 10 m) entre les entrées et les sorties d’air. (Source : GIE Elevage Bretagne)

Respecter les besoins naturels de la vache

Une vache laitière produit en moyenne 20 à 25 litres d’eau par jour et peut en dégager jusqu’à 30 litres lors des pics de chaleur (> 30°C).
(Source : Lensink J., Leruste H., 2012)

Ces productions d’eau se « dégagent » sous forme de vapeur d’eau à travers la respiration, la litière et les déjections de l’animal.

Les besoins naturels de volume d’air de la vache laitière sont de l’ordre de 25 à 35 m³. C’est pour cela qu’il est nécessaire de privilégier une ventilation naturelle adaptée.

Dans le cas d’une construction neuve, ces critères de ventilation sont à définir avec votre concepteur de bâtiment, dès la réflexion de votre future stabulation.

Pour les bâtiments déjà existants, les modifications de ventilation naturelle sont à prioriser. La ventilation dynamique peut vous permettre d’atteindre les volumes d’air nécessaires moyennant un investissement souvent couteux en énergie.

Les solutions pour la ventilation naturelle

Avant de se dire « Il me faut des brasseurs d’air », pensez « Je dois travailler les ouvertures ventilantes de mon bâtiment ». Sans ouvertures, les brasseurs ne seront d’aucune utilité (pas de création de flux d’air).

Plusieurs clés s’offrent à vous avant de parler de ventilateurs : modification de bardage ou de toiture, bande d’ouverture libre, claire-voie amovible, rideaux …

Les solutions sont aussi nombreuses que de bâtiments existent. Pour identifier les aménagements qui pourrait vous convenir, il est important de réaliser un audit de ventilation comme le propose Tecmatel Eilyps avec des capteurs connectés pour cibler précisément les problèmes de ventilation rencontrés sur votre bâtiment.

Evaluer les besoins de vos animaux en fonction de votre bâtiment et ses caractéristiques générales est primordial avant d’installer quelconque produit.

exemple d'ouverture libre ventilation élevage

Exemple d’ouverture libre ventilation élevage

Les solutions pour la ventilation mécanique

Les brasseurs d’air sont des solutions techniques qui assurent une ventilation efficace des bâtiments vaches laitières. Néanmoins, ces solutions doivent être vues comme des solutions de « secours » quand la ventilation naturelle ne suffit pas à elle-seule à ventiler tout le bâtiment. Les ventilateurs servent donc d’appoint à la ventilation naturelle.

Sur le marché il existe deux types de brasseurs : le brasseur vertical et le brasseur horizontal.

Le brasseur d’air horizontal à flux vertical  

Crédit photo : ORELA

Le brasseur d’air horizontal brasse l’air dans un volume donné en rayonnement.

Il est installé à une distance minimum du plafond de 1 m pour les brasseurs de 3 à 4 m d’envergure et jusqu’à 3 m de distance pour les grands brasseurs de 7 m.

Le brasseur d’air vertical à flux horizontal

Crédit photo : ORELA

En été, plusieurs ventilateurs installés presque verticalement permettent d’instaurer un flux d’air dirigé vers les zones où vivent les animaux.

Ils sont installés en circuit à une distance de 10-15m. Le principe n’est pas de brasser toujours le même air chaud prisonnier du bâtiment mais d’accélérer la ventilation naturelle. Cette technique permet de rafraîchir les animaux en créant un courant d’air.

Veillez à la bonne installation des ventilateurs

Avant de faire votre choix, faites le point sur les volumes de votre stabulation :

  • ses dimensions,
  • sa hauteur,
  • ses entrées et ses sorties d’air,
  • son exposition dans l’espace.

Judicieusement disposés, les brasseurs d’air, permettent d’accélérer la ventilation naturelle, notamment en période de températures élevées, et améliorent le confort des animaux. Ils stoppent la prolifération des mouches, les litières et les logettes sont bien sèches et les bovins sont plus propres et plus calmes.

Le prix d’une installation

Les brasseurs sont une solution techniquement intéressante. Si vous souhaitez en installer dans votre bâtiment d’élevage, prévoyez un budget d’environ 1500€ par brasseur vertical à flux horizontal et 4000 à 6000€ par brasseur horizontal à flux vertical. Ajoutez à cela les coûts de fonctionnement allant de 150€ à 200€ par an et par ventilateur. Prévoyez donc un budget global d’environ 12000€ pour un bâtiment standard de 100 VL.

Dans un contexte d’évolution du coût de l’énergie, votre décision doit être mûrement réfléchie notamment vis-à-vis des pertes estimées liées au stress thermique.

Et le douchage, brumisation ?

Crédit photo : ORELA

La brumisation, combinée à un dispositif de brasseur d’air, permet par temps chaud et sec de réduire la température ressentie de 3° à 4°C. La brumisation apporte, dans ces conditions, un vrai confort pour les vaches. Pour éviter la sensation de climat tropical, il ne faut pas dépasser 55% d’humidité relative. Les animaux supportent difficilement une atmosphère de forte chaleur et de forte humidité.

Le douchage est une alternative lorsqu’on souhaite réduire la température corporelle sur le moment présent. Attention également à l’humidité qui pourrait stagner sur les aires d’exercice et provoquerait des dermatites. La ventilation doit déjà être optimale pour éviter des désagréments.

Pour conclure

Avant de s’équiper, un diagnostic de ventilation du bâtiment est vivement recommandé car chaque bâtiment est unique. Une solution efficace sur un bâtiment ne l’est pas forcément sur un autre.

La ventilation dynamique et la brumisation/douchage sont des moyens pour assurer le confort de l’animal en période de fortes chaleurs et limitent la baisse des performances de production et reproduction.

Les équipes du service bâtiment Tecmatel peuvent vous aiguiller pour l’optimisation de votre bâtiment existant ou dans le cadre d’un projet de construction/agrandissement neuf.

L'équipe bâtiment TECMATEL

Le service bâtiment Tecmatel accompagne les agriculteurs et entrepreneurs dans l’amélioration ou la construction de leur bâtiment. Avant-projet, permis de construire, chiffrage, suivi de chantier, prestations globales ou à la carte, nos experts vous accompagnent à chaque étape de votre projet

Je souhaite être contacté pour obtenir des informations sur la ventilation de mon bâtiment

9 + 1 =

Recevez gratuitement la lettre EILYPS WEB INFOS

!-- Google Tag Manager (noscript) -->
Share This