Témoignage : « Un gain de 10 000 € possible en optimisant mon système grâce à la GTE ».

14 01 2022Caprin, Eilyps

Pierre Gieu est installé à Melesse, avec un troupeau de 55 vaches sur 48 ha. Avec un salarié, il livre chaque année 526 000 l à Lactalis. En 2021, il a fait appel à une consultante économie-système pour faire le point sur ses résultats technico-économiques via la GTE.
Objectifs : trouver la meilleure efficience possible sur son exploitation, en maîtrisant le temps de travail et en assurant la rentabilité du système.

La GTE, c’est quoi pour vous ?

« Pour un éleveur laitier, il est essentiel de suivre fréquemment ses résultats pour assurer la rentabilité de son système : nous n’avons pas d’autre choix que de l’optimiser et quand on ne suit pas les bons indicateurs, la sanction économique peut tomber très vite et être lourde à assumer.

La GTE c’est le support qui permet de traduire la véritable performance technico-économique de l’exploitation et mettre rapidement en avant les leviers d’actions nécessaires pour corriger le résultat si besoin. Via la GTE, je n’ai pas besoin d’attendre un an d’avoir mon bilan comptable pour me rendre compte de l’impact de mes pratiques sur mon résultat. »

Quels étaient vos objectifs en faisant appel à un consultant économie-système autour de la GTE ?

« Je parle de la GTE avec ma conseillère d’élevage depuis 1 an maintenant, mais nous l’utilisons vraiment lors de chacun de ses passages depuis maintenant 6 mois. Nous prenons une dizaine de minutes pour faire le point sur mon produit lait par vache, mon coût alimentaire et ma marge sur coût alimentaire et réajuster les pratiques si les résultats attendus ne sont pas cohérents.  

Cette année, j’ai également fait appel à une consultante économie-système pour avoir une prise de recul complémentaire, pour fixer le cap pour l’année à venir et avoir une vision globale sur tous les leviers à mettre en place. »

Comment s’est déroulé le conseil ? 

« Nous avons d’abord analysé les résultats de manière globale : ma marge lait, ma marge atelier, mon coût de production, et si ce dernier était cohérent avec le produit de l’atelier lait et mon besoin en rémunération de la main d’œuvre.

Du fait de la dimension de mon exploitation, je me suis rendu compte que même si ma marge sur coût alimentaire était équivalente à celle du groupe, il fallait que j’améliore encore mon produit lait pour pouvoir couvrir les charges restantes sur l’élevage. Nous avons ainsi regardé les différents postes de l’exploitation (alimentation, qualité du lait, reproduction, renouvellement) pour déterminer où je pouvais aller chercher ce produit supplémentaire. Aujourd’hui, si je veux augmenter mon produit lait, cela passerait par une réhausse de l’équilibre de ma ration, mais aussi par une gestion plus rigoureuse de mes effectifs : chaque vache en plus coûte cher ! De par ma gestion des effectifs sur l’année, j’ai pénalisé mon mois moyen à certaines périodes, et n’ai pas atteint mon objectif de production par vache sur l’année. Je ne m’en rendais pas compte, l’approche GTE m’a vraiment permis de mettre le doigt sur ce point, et de réorienter mes axes de travail pour l’an prochain pour atteindre mes objectifs. »

Que vous a apporté cette expertise ?

« Nous avons chiffré un gain potentiel de 10 000 € dans mon système grâce à plusieurs leviers, ce qui représente 19 €/1000 l :

  • 6 000 € via une meilleure gestion des effectifs VL et une baisse de mon IVV pour diminuer le mois moyen et arriver à 29 l de lait livrés par VL sur l’année. Ce repère me permettra d’atteindre ma référence laitière sans vache « en trop ».
  • 4 000 € via une diminution du nombre de génisses présentes pour ne pas avoir un renouvellement supérieur à mes besoins.

Depuis, je suis plus rigoureux sur mes vaches présentes et la gestion de la reproduction que je ne laisse pas trainer. Pour les vaches qui ne retiennent pas, je passe en croisement viande à partir de la 4e IA, et je stoppe les inséminations à partir de 5 IA. Dans le contexte actuel de hausse de matières premières, il est important d’optimiser le nombre d’animaux productifs dans le troupeau. »

Que conseilleriez-vous à un éleveur qui n’aurait jamais utilisé la GTE ?

« Essayez, c’est passionnant ! Il en va de l’intérêt financier de l’éleveur, et il y a toujours des choses à optimiser. Et même quand le système va bien, il faut pouvoir maintenir cette bonne santé, et cela passe par le suivi d’indicateurs de pilotage. »

Vous êtes intéressés ? Contactez-nos équipes !

Contact

Lénaïg DANILO

06 88 84 24 81 

lenaig.danilo@eilyps.fr

Consultante économie-système 

 

Pierre Gieu

L’analyse du consultant GTE

« Aujourd’hui il est essentiel pour un éleveur de suivre des indicateurs de pilotages technico-économique tout au long de l’année et de les comparer à des systèmes similaires sur une même période et dans un même contexte. Le suivi régulier de la marge sur coût alimentaire, via la GTE, permet d’ajuster ses pratiques à la conjoncture et de corriger d’éventuelles déviances, sans attendre.

De manière complémentaire, l’accompagnement ponctuel d’un consultant économie-système vous permettra d’avoir un autre regard et de prendre du recul par rapport à vos pratiques et résultats technico-économiques. Ensemble, et en lien avec votre stratégie d’exploitation, il s’agira d’identifier les points forts et les points faibles du système et de fixer le cap pour l’année à venir. Le conseiller d’élevage vous accompagnera ensuite pour mettre en musique le plan d’action défini et suivre les indicateurs de pilotages les plus pertinents par rapport à vos objectifs. »

Lénaïg Danilo

Consultante économie-système - Visiolys, Eilyps

Suivez-nous sur :

Share This