Nos experts vous répondent au 02 99 606 706

Reproduction : nos réponses à vos questions

1 10 2023Eilyps, Reproduction

Si vous vous demandez comment améliorer la reproduction de votre troupeau ou si vous avez des interrogations sur la santé reproductive de vos vaches, vous n’êtes pas seul. Dans cet article, nous allons aborder quelques questions courantes liées à la reproduction du bétail et fournir des informations essentielles pour vous aider à prendre des décisions éclairées. 

Durée de lecture 5 minutes.

Inséminer plus tard aura-t-il un impact positif sur la fertilité de mes vaches ?

L’utérus des vaches n’est généralement pas assez involué et prêt pour une nouvelle gestation avant 50 jours après le vêlage. Cependant, au-delà de cette période et en l’absence de problèmes de déficit énergétique ou de problèmes sanitaires après vêlage, la fertilité des vaches s’améliore très peu avec le temps. Il est important de surveiller les vaches qui ne sont pas encore bien cyclées, n’ont pas encore récupéré correctement (note d’état correcte de 2.5) ou qui présentent des problèmes de santé à 50 jours et d’intervenir rapidement si nécessaire. 

En savoir plus sur :  Le choix du moment de la mise à la reproduction • Breeder Connect’ (breeder-connect.com)

Comment savoir si ma vache est bien cyclée ?

La détection des chaleurs est une information très précieuse pour une reproduction réussie. Une vache est considérée comme cyclée si elle a été observée en chaleurs à intervalles réguliers, généralement tous les 21 jours (mais cela peut varier de 18 à 24 jours en fonction des vaches). C’est pourquoi il est important de noter toutes les chaleurs, dès les premières chaleurs. En effet, les premières chaleurs constituent un point de repère permettant par la suite de mettre en évidence rapidement les vaches dites à « problèmes » et ainsi les faire examiner par un spécialiste tel que le vétérinaire. 

Faut-il délivrer une vache qui n'a pas délivré seule ?

Normalement, une vache délivre dans les 12 heures suivant le vêlage. Au-delà de 24 heures, le risque d’infection utérine augmente considérablement si la délivrance n’a pas encore eu lieu. 

La pratique de la délivrance manuelle est aujourd’hui remise en question en raison des risques d’introduction de germes et de lésions potentielles au niveau des cotylédons si celle-ci ne vient pas facilement. Il est recommandé de faire appel à un vétérinaire pour délivrer la vache en toute sécurité.  

Si vous choisissez de procéder vous-même à la délivrance : 

  •  Assurez-vous d’une hygiène stricte : port de gant, lavage et désinfection de la vulve 
  • Ne tirez pas sur la délivrance pour éviter toute lésion ou déchirure de la matrice. La délivrance doit être délicatement décollée de chaque cotylédon. 
Pourquoi mes vaches ne délivrent-elles pas ?

Plusieurs facteurs peuvent contribuer à la non-délivrance, notamment l’hygiène lors du vêlage, l’équilibre minéral de la ration et, les maladies abortives. Il est essentiel de surveiller de près ces aspects pour éviter les problèmes de délivrance. 

La mise à l’herbe est-elle bénéfique ou néfaste pour la reproduction ?

La mise à l’herbe peut influencer la reproduction. Elle favorise souvent une meilleure expression des chaleurs, car les vaches sont plus actives en pâturage (étant plus à l’aise pour se déplacer et se chevaucher qu’en bâtiment). Cependant, l’observation des chaleurs peut être moins aisée qu’en bâtiment si les pâturages sont éloignés. De plus, une herbe jeune au printemps peut entraîner un excès d’azote dégradable, potentiellement nuisible à la fertilité. La gestion de la mise à l’herbe doit donc être réfléchie. 

Les fortes températures dégradent-elles les performances de reproduction ?

Les températures estivales élevées peuvent avoir un impact négatif sur la fertilité des vaches, en particulier si elles persistent pendant plusieurs jours et sont associées à une humidité relative élevée. L’indice température/humidité (ITH) permet d’évaluer le stress thermique des vaches. Il est essentiel de surveiller ces conditions pour maintenir la fertilité. 

En savoir plus sur le stress thermique : https://www.eilyps.fr/comment-limiter-le-stress-thermique-chez-les-vaches/ 

Quelles sont les causes et conséquences des kystes ovariens ?

Les kystes ovariens sont des structures folliculaires de taille excessive résultant d’une croissance folliculaire anormale. Ils peuvent être de deux types : folliculaires ou lutéiniques, et sont associés à l’absence d’ovulation. 

Les perturbations hormonales empêchant l’ovulation sont à l’origine de ce phénomène. De nombreux facteurs favorisent l’apparition des kystes ovariens, mais les plus courants sont le déficit énergétique et la perte d’état corporelle en début de lactation, ainsi que les maladies du post-partum (non-délivrances, métrites). 

À quelle fréquence dois-je réaliser des diagnostics de gestation dans mon troupeau ?

L’intérêt des diagnostics de gestation réguliers est de détecter les vaches vides le plus tôt possible, afin de les surveiller de plus près et les traiter en cas de pathologie détectée. Les moyens permettant de diagnostiquer le plus précocement la gestation sont l’échographie et le dosage des protéines plasmatiques (PAG : protéines associées à la gestation) dans le lait (Gestatest®) : à partir de 28 jours après IA. L’idéal est de pratiquer l’une et/ou l’autre de ces méthodes à intervalle d’un mois pour un suivi optimal de votre troupeau.  Une confirmation de la gestation réalisée 30 jours après le 1er diagnostic positif est conseillée afin d’écarter le risque de mortalité embryonnaire. En effet, 85% des mortalités embryonnaires ont lieu dans les 50 à 60 premiers jours de gestation. 

Pour une gestion optimale de la reproduction dans votre troupeau, n’hésitez pas à faire appel à des spécialistes. Nous proposons diverses formules de suivi de reproduction adaptées à vos besoins. 

Notre objectif : améliorer de manière efficace et durable les résultats de reproduction de votre troupeau.

Je souhaite en savoir plus à ce sujet !

7 + 12 =

Suivez-nous sur :

!-- Google Tag Manager (noscript) -->
Share This