Sélectionner une page

Ensilage 2020 : résultats et préconisations nutritionnelles de nos experts

25 11 2020Agronomie, Nutrition, Performances

Depuis quelques semaines, les nouveaux maïs ont intégré les rations. Nous avons désormais des tendances assez nettes qui se dégagent en terme de production dans les élevages. Découvrez les valeurs de maïs ensilage 2020 et nos préconisations nutritionnelles.

 

 

Résultat en %

Moy 2020
(225 analyses)

 10% les + faibles pour chaque critère

10% supérieurs pour chaque critère

Moy 2019
(
450 analyses)

 

% MS

35.6

29.1

44.2

34.9

MAT

6.2

5.5

7.0

6.8

Amidon

29.8

23.6

34.6

28.5

DT amidon

75 %

70 %

79 %

75 %

NDF

43.7

39.1

47.5

43.6

ADF

21.7

19.4

23.1

22.1

CB

19.8

17.5

21.0

20.2

Digestibilité (%)

69.8

66.5

30

69.7

INRAE 2007

UFL

0.91

0.87

0.94

0.92

PDIN

40

37

43

42

PDIE

61

58

65

68

INRAE 2018

UEL

0.96

0.91

1.07

0.90

UFL

0.95

0.91

0.98

0.96

PDI

60

57

62

61

BPR

-46

-51

-39

-42

DMO (%)

71.5

68.3

73.8

71.8

 

Sur les 225 échantillons analysés, les matières sèches sont en moyenne similaires à 2019, à 35,6%, avec de grandes disparités allant de 27%  à 49%. Le taux d’amidon atteint 29.8% et est également très variable selon les zones du département. Quant au niveau azoté, il est plus faible de 0,6% MAT par rapport à l’an passé.

 La Dmo est moyenne (71,5%) et les valeurs alimentaires baissent de 0.01 UFL et de 3 PDI.

Les constats sur le terrain montrent que 25% des maïs sont insuffisamment broyés (seulement touchés ou intacts), ce qui engendre une perte dans la valorisation de la ration (grains dans les bouses).

CONSEIL DE L’EXPERT

La variabilité des fourrages est particulièrement forte cette année. Les diagnostics silo proposés par nos experts nous fournissent des données factuelles sur le maïs ensilé (MS, amidon, UFL/PDI, qualité de coupe). Ces diagnostics sont essentiels pour ajuster les rations.

2. En Ille et Vilaine : Des performances de production dans la moyenne des années précédentes

Depuis 1 à 2 mois les maïs 2020 sont distribués dans les rations. La production laitière /VL en Novembre remonte légèrement à 24.9 kg. C’est identique à 2019, et +0.3 kg comparé à Octobre 2020.

Les taux confirment leurs niveaux assez élevés. Le TB atteint 42.9 g/kg en Novembre (idem à Octobre, mais 0.5 point de moins qu’en 2019, année exceptionnelle). Le TP s’affiche à 33.8 g/kg (+0.1 pt comparé à septembre 20, et -0.1 pt / octobre 19).

Les taux d’urée tank à 206 mg/l sont dans une fourchette plutôt basse.

3. Maintenir sa production pour améliorer la rentabilité économique de l’année

Dans certains élevages, les valeurs des maïs de l’année impactent négativement la production.

Si aucun ajustement technique n’est apporté, cette baisse engendrera une non-commercialisation de d’une partie du Droit A Produire, et donc une perte de chiffre d’affaire.

Le lait produit en plus absorbe une partie des charges fixes de l’exploitation (mécanisation, bâtiments, foncier, MO,…). Il réduit le coût de production du litre de lait et améliore la rentabilité économique.

CONSEIL DE L’EXPERT

Jusqu’à un niveau de 100 à 105 g de PDI / UF, l’augmentation de la densité protéique (+1 kg de soja) et un apport d’énergie complémentaire (+1 kg de blé) va permettre en moyenne une augmentation du volume commercialisé d’environ 5%. De plus, ce lait additionnel, ne nécessitera pas de consacrer plus de temps et ne demandera pas plus de place en bâtiment. Actuellement, en tenant compte du coût des matières premières (soja, colza, céréales…), le coût marginal estimé de ces deux leviers techniques est inférieur à 250 € / 1 000 L. Donc, pourquoi s’en priver !

4. Recommandations techniques pour corriger les sous-performances

En cas de ration trop élevée en Matière Sèche (> 42%)

  • Apport d’eau dans le mélange de la ration :
    • Eviter le tri : permet de colmater les particules fines au fourrage,
    • améliore l’appétence,
    • 1 litre d’eau/vache réduit de l’ordre de  1 % la MS de la ration

Le but étant de viser un taux de MS global de la ration à 40 %

  • Apport de mélasse dans le cas où il n’y a pas la possibilité de mélanger la ration globale

En cas de déficit de matière azoté

Compenser le déficit de MAT du maïs par un apport de correcteur soluble (Soja, colza, Urée).
Exemple : une ration maïs ensilage avec 1 % de MAT en moins nécessite l’apport de 0.4 kg de soja/VL en plus pour maintenir le niveau de production.

En cas de déficit énergétique

Apporter une source d’énergie complémentaire : 
Céréales à paille (orge/blé) ou maïs humide ou  maïs épi ensilé selon le taux d’amidon de la ration.

CONSEIL DE L’EXPERT

Un taux d’amidon bas, associé à une dégradabilité limitée, provoque la mobilisation des réserves corporelles en début de lactation. Les conséquences se feront sentir sur les performances de reproduction futures.

La mobilisation (déficit énergétique) constatée en 2020 est supérieure à 2019 depuis l’été. Elle s’accentue à partir de Septembre (Cf. graphe ci-dessous). Il faut donc réagir très vite en adaptant les rations.

Etant donné la forte hétérogénéité des ensilages de maïs, intra zone, et intra élevage,  il est vivement conseillé de faire analyser régulièrement son fourrage afin d’adapter au mieux sa complémentation.

En cas de besoin, n’hésitez pas à faire appel à nos nutritionnistes.

Je souhaite en savoir plus sur l'ensilage 2020

0 commentaires

Recevez gratuitement la lettre EILYPS WEB INFOS

Share This