Sélectionner une page

Pourquoi faut-il baisser l’âge au vêlage des génisses ?

26 06 2019 | Génisses, santé |

Les intérêts d’une diminution de l’âge au vêlage dans les élevages laitiers ont été mis en évidence par de nombreuses études : gain économique, gain de temps de travail, diminution de l’impact environnemental, accélération du progrès génétique au sein du cheptel.

Pourtant, l’âge au 1er vêlage moyen dans les élevages laitiers français évolue peu (28 mois en moyenne depuis 10 ans). Mais pourquoi certains éleveurs semblent réticents à diminuer l’âge au vêlage de leurs génisses ? Leurs principales craintes concerneraient l’impact d’un vêlage plus précoce sur les performances zootechniques ultérieures de leurs vaches. Qu’en est-il vraiment ?

Quel est le lien entre âge au premier vêlage et performances zootechniques ?

Pour répondre à cette question, une étude à grande échelle a été entreprise par Eilyps à partir de données fiables permettant d’étudier les liens entre âge au 1er vêlage et performances zootechniques ultérieures. Les critères suivants ont été analysés :
– production,
– reproduction,
– déroulement du 1er vêlage,
– mammites,
– cellules,
– longévité,
Les données de près de 30 000 génisses Prim’Holstein ayant vêlées en 2009 et 2010 et ayant achevé leur carrière, ont été étudiées avec précision.

Un âge au vêlage précoce a-t-il un impact sur la production et la longévité ?

A travers cette étude, nous avons constaté que la production en 1ère lactation se révélait plus faible lorsque l’âge au 1er vêlage diminuait.
Cependant, la production sur la carrière de l’animal est similaire quel que soit l’âge au vêlage, notamment grâce à un nombre de lactations à la réforme légèrement supérieur pour les génisses vêlant avant 25 mois (+ 0.3 lactations, soit plus d’un tiers de lactation supplémentaire).
Que la vache vêle à 28 ou 24 mois, les taux butyreux et protéiques moyens sur la carrière sont également similaires.

Reproduction et intervalle vêlage-vêlage

Lors de la 1ère insémination, le nombre de doses nécessaires est identique pour une génisse inséminée à 14 mois ou pour une génisse inséminée à 19 mois.

Sur l’ensemble de la carrière, l’intervalle entre le vêlage et la 1ère insémination est réduit de quelques jours chez les vaches qui vêlent avant 26 mois (jusqu’à 5 jours d’avance).

Deux facteurs peuvent expliquer cela :
• Un retour en chaleurs plus rapide,
• Une meilleure expression des chaleurs.

Si on considère l’intervalle vêlage–vêlage, paramètre économique important, cela n’est pas négligeable. Au-delà de 400 jours, 1 jour de retard correspond à une perte de 2€/ vache laitière.

Vêlage, mammites et cellules

Contrairement aux idées reçues, les vêlages ne sont pas plus difficiles lors de vêlages précoces. Ces vaches n’ont pas plus de mammites, ni plus de cellules.

Diminuer l’âge au vêlage n’a donc aucun effet néfaste sur les performances zootechniques ultérieures des vaches laitières.
Au contraire, rapportée au jour de vie, leur production est supérieure : + 1kg de lait/jour de vie pour une vache vêlant à 23-24 mois par rapport à une vache vêlant à 30 mois. Leur vie productive représente 54% de leur vie totale. Au-delà de 29 mois au 1er vêlage, la vie improductive représente au moins la moitié de la durée de vie totale de la vache !

Tous les voyants sont donc au vert pour diminuer l’âge au vêlage et aucun bénéfice ne sera apporté par des vêlages tardifs.
Les travaux menés dans le cadre de notre étude vont être poursuivis, pour tenter d’identifier certains profils d’élevage en fonction de l’âge au vêlage. Les élevages qui choisissent de faire vêler jeunes sont-ils des élevages plus productifs ? Ont-ils des conduites de troupeaux particulières en termes d’alimentation ?

La réduction de l’âge au vêlage est une priorité pour Eilyps. Si vous aussi, vous souhaitez établir une stratégie vous permettant d’améliorer la productivité de vos animaux, nos experts peuvent vous accompagner.
5 (100%) 4 votes

Clémence CORRE et David BUAN

Étudiante en « Sciences de l’animal pour l’élevage de demain » à l’Agrocampus de Rennes, Clémence vient d’intégrer l’équipe de conseillers d’élevage d’Eilyps. Pendant plus de 6 mois, elle a mené une étude sur les impacts de l’âge au vêlage des génisses et sur leurs performances zootechniques.

David intervient sur tous les aspects liés à la croissance des génisses en gardant toujours en objectif d’abaisser l’âge au vêlage.
Responsable du service Déleg’Génisse, il coordonne éleveurs et naisseurs qui souhaitent s’engager dans la délégation de l’élevage des génisses.

clemence.corre@eilyps.frdavid.buan@eilyps.fr

Les autres articles qui peuvent vous intéresser :

Je souhaite recevoir des informations sur l’âge au vêlage des génisses

Recevez gratuitement la lettre d'information technique Tec'Lait

Share This