Sélectionner une page

Pourquoi élever trop de génisses peut vous coûter cher ?

1 03 2019 | Performances |

Manquer de génisses d’élevage coûte cher et expose l’exploitation à des risques sanitaires. A l’inverse, élever trop de génisses par rapport à vos besoins est là-aussi une démarche couteuse car cela pénalise la trésorerie par l’augmentation des immobilisations (stocks animaux et fourrages). Enfin, élever trop de génisses nécessite plus de travail, de bâtiments, de capacités de stockage et de surfaces fourragères.

Définissez votre stratégie de renouvellement

Pour trouver le juste équilibre dans votre taux de renouvellement, il est nécessaire de vous fixer des objectifs et de définir votre stratégie. La gestion du taux de renouvellement est un travail qui commence environ 3 ans avant la première traite de la future vache laitière. Cela suppose de définir le pourcentage d’insémination en croisement industriel et en doses sexées sur votre troupeau.

Ne pas élever plus de génisses que le nombre nécessaire (en intégrant une marge de sécurité) est une piste d’action pour améliorer votre efficacité économique.

Si toutefois, vous n’y voyez pas très clair et que vous souhaitez redéfinir votre stratégie de renouvellement avec un professionnel, parlez-en avec votre conseiller qui saura vous guider pour faire les bons choix.

Exemple concret

Ai-je intérêt à élever plus de génisses que nécessaires et vendre des amouillantes OU dois-je faire naitre et élever seulement le nombre de génisses nécessaire au renouvellement (avec marge de sécurité) ?

Exploitation type :

  • 60 VL – régime de croisière – 500 000 l de lait vendus
  • Renouvellement 35% : donc besoin strict de 20 primipares par an. Pour sécuriser le fonctionnement du système, j’intègre une marge de sécurité (reproduction, sanitaire, réalisation du droit de commercialisation),
  • Mon besoin est donc d’élever 25 génisses par an.

Sans stratégie clairement définie en amont (pas de croisement industriel et/ou beaucoup de doses sexées), mon nombre de génisses produites par an pourrait être de 30. Soit 5 génisses élevées en TROP.

Coût de production d’une génisse :

>> 1500€ hors main d’œuvre (pour un vêlage à 28 mois)

  • 750€ de charges opérationnelles,
  • 300€ de charges de structure directement liées à la présence ou non de la génisse (eau, électricité, fournitures et services divers).
  • 450€ d’autres charges, (foncier, assurance, mécanisation…) qui restent quel que soit l’effectif « génisses ».

>> Le coût marginal est donc de 1050€/génisse.

Budget partiel

Si vous vous posez la question « Ai-je intérêt à baisser mon taux d’élevage de 10% et d’élever uniquement mon besoin de renouvellement ? »  Voici quelques éléments de réponse.

Élever seulement le nombre de génisses nécessaire au renouvellement

L’impact reste positif quel que soit le prix de vente de la génisse amouillante et la marge blé. Ceci est d’autant plus vrai que le coût d’élevage équivaut à 1050€. Ce montant est généralement supérieur dans bien des cas d’autant plus lorsque l’âge au vêlage est tardif.

Selon le contexte et le marché, la vente de génisses à 3 semaines ou amouillantes peut rester sans acquéreur. Dans ce cas de figure, l’arrivée de ces génisses dans le troupeau laitier oblige à anticiper des vaches à la réforme qui auraient pu allonger leur carrière.

Arnaud FRIN

Arnaud FRIN

CONSULTANT ÉCONOMIE VISIOLYS

Membre de l’équipe Visiolys, Arnaud intervient en tant que consultant pour définir avec vous la faisabilité de vos projets.
Accompagné des experts Visiolys, il a participé au développement de la première gestion technico-économique lait (GTE).

arnaud.frin@eilyps.fr

Je souhaite en savoir plus sur la stratégie de renouvellement

Recevez gratuitement la lettre d'information technique Tec'Lait

Share This