Sélectionner une page

Quels sont les meilleurs conseils en matière d’orientation de la carrière des veaux ?

Pour faire du lait, pas de miracle, il faut toujours faire naître un veau. Dans les exploitations laitières actuelles, quelles sont les différentes carrières pour les veaux ? Comment en retirer de la valeur ajoutée ? Comment bâtir votre stratégie autour de la gestion des veaux ?

Le devenir des veaux laitiers

Dans beaucoup d’élevage, deux solutions existent :

  • C’est une femelle : elle sera élevée sur place et gardée pour le renouvellement
  • C’est un mâle / un croisé : il sera vendu à 15j comme veau de boucherie

Certains prennent d’autres options :

  • C’est une femelle : je la fais élever dans une exploitation spécialisée dans l’élevage de la génisse
  • C’est une femelle : je la génotype. Si elle me convient, je l’élève ou la fais éleveur. Elle ne me convient pas, je la vends le plus tôt possible.
  • C’est un mâle / un croisé : je l’élève comme taurillon
  • C’est un mâle / un croisé : je l’élève comme bœuf
  • C’est un mâle / un croisé : j’en fais un veau gras

La valeur ajoutée des veaux laitiers

Certains voient les veaux comme une contrainte, mais il faut les voir comme une valeur ajoutée. Selon les contraintes de chaque exploitation, les valorisations seront différentes :

  • Si j’élève moi-même mes génisses, je maîtrise toute son évolution, que ce soit sur le plan santé, croissance, éducation, âge au vêlage. Je peux ainsi valoriser des bâtiments et des fourrages disponibles.
  • Si je vends mes veaux mâles / croisés, je récupère un peu d’argent et je dégage de la place, des fourrages et du temps.
  • Si je fais élever mes femellesdans une exploitation spécialisée, je récupère une génisse de qualité tout en ayant concentré mes efforts sur la production laitière.
  • Si je ne conserve que les génisses à fort potentiel génétique, j’améliore plus rapidement la génétique de mon troupeau tout en allégeant les bâtiments et les charges alimentaires.
  • Si j’élève moi-même les mâles ou les croisés, je valorise des bâtiments et des aliments produits sur mon exploitation et j’ai la possibilité de passer par la vente en circuit court.

La stratégie d’exploitation autour des veaux laitiers

Chacune de ces options mérite de se poser des questions :

  • Quelle est ma stratégie globale d’exploitation : Plutôt une spécialisation vers la production de lait ou plutôt une diversification des sources de revenu ?
  • Quels sont les facteurs limitants de mon exploitation : La main d’œuvre, la place en bâtiment, les ressources fourragères, l’âge au vêlage des génisses, la génétique… ?
  • Quels sont les éléments non valorisables sur mon exploitation pour la production de lait, mais qui pourraient l’être par l’élevage des jeunes ?
  • Qu’est-ce que j’ai envie de faire ?

Ce ne sont là que des pistes de réflexion. Une analyse approfondie du fonctionnement de l’exploitation est intéressante avant de changer de stratégie. Pour vous accompagner, n’hésitez pas à vous inscrire à nos formations ou à demander conseil à nos experts.

Besoin de conseils en orientation de carrière des veaux?