Sélectionner une page

Comment réussir votre saison de pâturage ?

22 01 2019 | Nutrition et reproduction, Performances |

Il n’y a plus de saison ! Vous êtes certainement nombreux à observer des paddocks dans lesquels l’herbe dépasse 10 cm au mois de Janvier. A moins d’un changement drastique de la météo (soit vers des pluviométries importantes, soit vers plus de froid), le déprimage de fin février a bien des chances de se produire dès à présent !

Les paddocks de pâturages ont besoin de repos hivernal. Cependant,  les successions de saisons dans le désordre depuis quelques années, peuvent quelque peu modifier la politique de pâturage. Celle-ci peut se résumer de plus en plus à l’équation : portance des sols + stock sur pied = pâturage ou affouragement en sol ! Il faut profiter de l’herbe tant qu’il y en a…

Voici nos 6 conseils pour réussir votre saison de pâturage :

1 – En toutes circonstances, respectez la transition alimentaire de vos vaches

Vous n’élevez pas que des vaches ! Vous élevez des réacteurs à bactéries (et protozaires & co) et ces petites bêtes n’apprécient pas les changements brutaux. Il leur faut entre 3 et 6 semaines pour s’habituer à la nouvelle ration de leurs hôtes : vos ruminants. Ainsi, lors des premières sorties au pâturage, veillez à respecter quelques recommandations :

  • Les vaches ne doivent pas sortir pas au pâturage le ventre vide : prévoyez au moins 1h d’alimentation à l’auge avant d’aller déprimer un paddock
  • La ration doit être riche en fibre pour limiter les problèmes digestifs (diarrhées etc…)
  • S’il fait froid le matin, attendez l’après-midi pour sortir les animaux sur des parcelles riches en légumineuses. La tétanie d’herbage n’est pas une lubie ! Des cas sont rapportés tous les ans (voir conseil n°4)

2 – Testez la fiabilité de vos clôtures

Pensez à vérifier l’électrificateur et la continuité des clôtures avant toute mise à l’herbe. S’il a fait sec pendant plus de 3 semaines, n’oubliez pas de verser un arrosoir d’eau sur la prise de terre.

 

3 – Réalisez un tour d’herbe de l’ensemble de vos parcelles

Le déprimage peut avoir lieu à différents moments de la fin de saison hivernale. En fonction des conditions pédo-climatiques, vous pouvez le réaliser dès à présent pour des parcelles portantes, c’est à dire dans un sol où les sabots s’enfoncent à moins de 1.5 cm de profondeur. Pour tester facilement la portance du sol,  enfoncez le talon de votre botte.

Pour les parcelles de fond, ou moins réssuyantes, le déprimage pourra intervenir plus tard.

 

Le déprimage est une pratique très intéressante pour améliorer la qualité de la pâture :

  • réduction des adventices,
  • tallage des graminées,
  • stimulation de la croissance.

Peu importe la date du calendrier : on peut pâturer en Janvier et rentrer les vaches en bâtiment en Mars ! Le maitre mot reste bien sûr : PORTANCE !

Comme en pleine période de pousse, le déprimage s’organise ! Pensez à faire le tour de toutes vos parcelles accessibles pour établir un calendrier de pâturage

4 – L’oxyde de magnésium, à ajouter consciencieusement.

Pour les vaches allaitantes, n’oubliez pas le Selenium

La jeune herbe est très riche en potassium, en azote soluble et en eau. Mais pas du tout en magnésium. Si la transition n’est pas bien respectée et que les animaux sortent tôt en journée sur des parcelles riches en légumineuse, les vaches risquent la tétanie d’herbage !

Pour pallier à cela, vous pouvez utiliser de l’oxyde de magnésium (attention à ne pas confondre avec le chlorure de magnésium qui est laxatif !). A raison d’un CMV contenant 10% de magnésium ou en ajoutant 70g/jr/VL ou VA (7g pour une chèvre ou une brebis), les risques diminuent énormément.

Pour les vaches allaitantes, en plus de la complémentation au magnésium soyez vigilant sur une complémentation au sélénium pour éviter les problèmes de myopathie-dyspnée sur les jeunes veaux.

Bon à savoir : Le selenium est quasiment absent des sols bretons, les carences sont quasi-systématiques sans recours à une complémentation extérieure.

5 – Distribuez de l’Argile à volonté à vos vaches

Souvent, malgré une transition bien menée, la sub-alcalose et la pauvreté en fibres de l’herbe pâturée génèrent bien souvent des diarrhées très liquides chez les animaux. Afin de limiter au maximum les conséquences délétères au niveau du tube digestif, il est intéressant de présenter de l’argile (Bentonite, montmorillonite, smectite…) à volonté aux animaux ou dans la ration à hauteur de 150g/jr/VL ou VA.

 

6 – Ressortez votre calendrier de pâturage

Il est important de prendre des notes sur ses organisations de pâturage, et ce dès le déprimage afin de pouvoir exploiter au mieux la pousse de l’herbe et réaliser des économies substantielles ! Que ce soit sur une feuille excel, un calendrier ou un petit carnet, notez vos infos pâturage, c’est toujours utile !

 

Vous êtes éleveurs bio, robot, grand troupeau ou vous souhaitez augmenter votre rendement en herbe ? Nos équipes sont à votre écoute pour aller plus loin sur les différentes techniques au service d’un pâturage efficace.

Pauline WOEHRLÉ

Pauline WOEHRLÉ

RESPONSABLE POLE AGRICULTURE BIOLOGIQUE & DURABLE

Accompagnée de consultants et conseillers experts en système bio et pâturant, Pauline apporte des conseils en observation de troupeau, en agriculture biologique (suivi, conversion, autonomie fourragère…) ou réalise des formations notamment à travers le concept innovant des prairies pharmacies…
pauline.woehrle@eilyps.fr – 06 88 84 25 48

Je souhaite obtenir des conseils sur le pâturage

0 commentaires

Recevez gratuitement la lettre d'information technique Tec'Lait

Share This