Sélectionner une page

Comment améliorer les performances de production laitière ?

Oct 11, 2018 | Lait, Nutrition et reproduction, Performances

Sous l’effet des fortes chaleurs de cet été, les performances lait et taux n’ont pas été au rendez-vous dans beaucoup d’élevage. En cet automne, c’est le moment de réfléchir à des solutions qui permettront de remonter la production.

Quatre pistes sont à explorer en priorité :

1. L’ingestion

Les animaux doivent avoir à disposition des fourrages appétents et de qualité.

Le pâturage : soyez vigilent sur les quantités réellement disponibles pour les animaux et complétez par d’autres fourrages énergétiques.

Le maïs ensilage : veillez à ce qu’il soit relativement frais pour inciter l’ingestion des vaches. La présence des animaux à la stabulation doit être suffisante : ne sortez pas trop les vaches en pâture et rentrer les vaches en après-midi. Elles consomment une bonne partie des fourrages après la traite du soir et doivent donc disposer de suffisamment de ration jusqu’à la distribution de fourrages du lendemain.

2. L’équilibre de la ration

Les rations doivent régulièrement être recalées si la composition évolue. Les valeurs en énergie ou protéines varient selon les pâtures, les coupes d’ensilage d’herbe ou les silos de maïs. Soyez attentifs à ces variations. Il n’est pas rare d’observer des rations déficitaires en protéines et en fibres, avec des risques avérés d’acidose métabolique.

3. L’abreuvement

C’est un point clé pour la production laitière. Les animaux doivent disposer d’une eau de qualité en quantité suffisante. Quelques normes : 1 point d’eau pour 20-25 vaches avec un débit minimum de 15-20 litres par minute.

Pour se faire une idée, il suffit d’observer les points d’eau si certaines vaches attendent leur tour : c’est un premier critère qui doit vous alerter sur le manque de disponibilité en eau.

4. Les transitions

Les transitions concernent :

  • les vaches taries qui intègrent le troupeau laitier. Leurs besoins sont spécifiques en termes d’énergie, protéines et minéraux pour que le vêlage et le début de lactation se passent bien.
  • les nouveaux maïs dans la ration. Une transition de 3 semaines est nécessaire pour adapter correctement la flore ruminale. Quand ce délai n’est pas possible, des précautions sont à prendre en ajoutant 250g de bicarbonate dans la ration avec un maintien de l’apport de fibres. L’apport d’énergie fermentescible, type céréales, peut apporter un plus en production sur les premières semaines de distribution des nouveaux maïs.

En résumé

Septembre-octobre sont des mois importants car les changements alimentaires sont fréquents et beaucoup de vêlages ont lieu sur cette période. Ces évènements peuvent impacter fortement les performances technico-économiques des exploitations et obligent les éleveurs à être vigilants techniquement. 

Les conseillers et consultants Eilyps sont disponibles pour vous accompagner et mettre en œuvre les actions techniques nécessaires pour la rentabilité de votre atelier laitier.

0 commentaires

Share This